8 octobre 1915

8 octobre 1915

 

Dear old Peter,

 

J’ai reçu ta bonne lettre et je vois que tu as dû recevoir la missive dont je craignais avoir mal mis l’adresse. J’irai voir Marguerite la semaine prochaine pour lui demander sa manière de voir. Aujourd’hui et demain, j’ai des réunions qui m’empêchent ce plaisir.

On me téléphone du Sénat que le moral y est très bas, surtout depuis l’audition du petit homme du Quai [1] à la commission des Affaires étrangères. Il paraît que ce ne fut pas brillant. Il ne put donner aucun renseignement, pas plus sur la partie diplomatique que sur le débarquement. Voilà qu’on reparle de la réunion des grandes commissions, de même qu’à la Chambre on agitait le Comité secret.

Hier au soir, après le courrier, on m’informait que les Italiens avaient débarqué cinquante mille hommes à Valona et à Durazzo. Aujourd’hui, une dépêche de notre correspondant italien confirme la chose et ajoute que les Italiens ne feront pas de corps expéditionnaire, mais que leurs troupes seront confondues avec les troupes serbes. Je ne sais si la censure nous laissera le renseignement, en tout cas je te signale la chose.

Le Journal avait fait une réclame énorme pour l’entrée dans la rédaction d’un mystérieux colonel X qui allait faire la situation militaire. Il nous sembla au bout de peu de jours que ce brillant colonel démarquait terriblement nos articles, et nous ne tardâmes pas à savoir par l’intéressé lui-même que le colonel X était tout simplement Henry Bidou [2] qui avait cru ne pas trahir les Débats en donnant de petits papiers courts au Journal grâce auxquels il améliorait bigrement son ordinaire. Mais voilà où les choses deviennent comiques. L’autre jour, Bidou fit un grand papier que la censure laissa passer. Émoi au grand QG. Note fulminante et lettre du général Pétain [3] disant qu’un colonel n’avait pas le droit de dire certaines choses et qu’il était passible de peines disciplinaires. Voici notre Bidou qui allait passer en Conseil de guerre comme colonel. Vois-tu ce brave garçon devant ses juges. Mais le colonel Bidou se retranche derrière le Bidou des Débats et échappe aux tribunaux militaires.

J’ai reçu la visite de la petite Mme Marquiset [4]. Malgré son deuil double, père[5] et frère [6], elle est cependant venue demander mon entremise pour éviter qu’il soit rendu compte d’un procès très désagréable fait à Blois à Monti-Rezé [7], gouverneur de Chambord, et qui s’ouvre aujourd’hui même. Je ne puis malheureusement pas grand chose dans cet ordre d’idées.

Je ne sais si tu connais les histoires de Chambord mais Monti s’y est fort mal conduit. Il a persuadé, de connivence avec son parent Reiset [8], le prince Élie de Bourbon [9], gendre de l’archiduc Frédéric [10] et officier dans l’armée autrichienne, que Chambord devait rapporter au lieu de coûter. On a fait les pires avanies au père de Traversay, l’ancien gouverneur du duc de Parme, on a fermé les portes aux demi-frères les princes Sixte et Xavier. Et Monti-Rezé et Reiset cherchaient à lancer Élie dans la société parisienne. J’ai assisté à quelques-unes de ses séances. Il semblerait bien que le fond de leur idée était de faire poser le prince en prétendant à la couronne de France. C’était de la haute comédie dont je t’ai sans doute parlé. La guerre a ruiné tout cet échafaudage. Aujourd’hui il y a un procès fait contre l’homme de confiance de Monti qui était moins que rien, peut-être plus ou moins Allemand. Je ne connais pas les détails, mais le pauvre Monti est dans la désolation. Et je ne sais pourquoi la petite Marquiset, qui a été à Bordeaux pendant le séjour du gouvernement et qui avait abandonné ses enfants [11] pour suivre soi-disant une vieille amie avec qui elle vivait à l’hôtel de Bayonne, pourquoi la petite Marquiset se mêle de tout cela, cherche à intriguer dans les journaux. Il est vrai qu’elle couvre ses démarches de son amitié pour Melle de Monti, baronne Davillier [12], mais je trouve cela bizarre que ce ne soit d’abord pas Monti lui-même qui vienne s’en expliquer avec moi qu’il connaît.

Nous avons notre dîner Galliffet ce soir [13]. S’il y a quelque chose d’intéressant, je te l’écrirai demain.

Ton vieil

Et

 

La censure nous demande de supprimer Valona.

Par téléphone

Il circule au Sénat une pétition de Comité secret (Peytral [14], Clemenceau, etc.).

 

[1] Il s’agit de Théophile Delcassé (1852-1932). Homme politique. Député républicain radical de l’Ariège (1889-1919). Ministre des Affaires étrangères du 26 août 1914 au 13 octobre 1915, il est connu pour sa petite taille.

[2] Henry Bidou (1873-1943). Collaborateur essentiel du Journal des Débats. Spécialiste de politique intérieure. Pendant la guerre, chroniqueur militaire.

[3] Philippe Pétain (1856-1951). Officier. Professeur à l’École de Guerre. Il est nommé général de brigade le 31 août 1914 et maréchal de France le 19 novembre 1918.

[4] Anne Benoist de Laumont (1878-1961). Elle épouse en 1899 Alfred Marquiset (1866-1920).

[5] Il s’agit d’Aymar Benoist de Laumont (1842-1915), qui décède le 30 septembre 1915 à Paris.

[6] Il s’agit de Jacques Benoist de Laumont (1891-1915). Sergent au 66e régiment d’infanterie, il est tué à l’ennemi le 25 septembre 1915 à Agny (Pas-de-Calais). Mme Marquiset a donc perdu son père et son frère à cinq jours d’intervalle, quinze et dix jours avant cette lettre.

[7] René de Monti de Rezé (1848-1934). Zouave pontifical. Légitimiste. Collaborateur d’Henri, comte de Chambord.

[8] Auguste de Reiset (1858-1925). Vicomte. Homme de lettres.

[9] Élie de Bourbon-Parme (1880-1959). 4e fils de Robert Ier, duc de Parme, et de la princesse Pia des Deux-Siciles. Élie passe une jeunesse heureuse au château de Chambord. Il est le demi-frère de Zita, impératrice d’Autriche et des princes Sixte et Xavier de Bourbon-Parme.

[10] Frédéric de Habsbourg-Lorraine, archiduc d’Autriche (1856-1936).

[11] Il s’agit d’Armand Marquiset (1900-1981), fondateur des Petits frères des Pauvres, et d’Anne-Marie Marquiset (1906-1983).

[12] Yvonne de Monti de Rezé (1885-1935). Fille de René de Monti de Rezé. Elle épouse en 1910 Henry, baron Davillier (1883-1978), banquier.

[13] « La seule réponse à toute cette agitation serait la prise de Vimy ou de Challerange ! C’est l’avis de Bompard qui dînait avec nous chez Lapérouse ce soir (dîner Galliffet) et pour une fois ce diplomate voyait juste. », François de Wendel, Journal, 8 octobre 1915.

[14] Paul Peytral (1842-1919). Homme politique. Député radical (1881-1894) puis sénateur radical (1894-1919) des Bouches-du-Rhône. Ministre des Finances (1888-1899). Ministre de l’Intérieur (9-13 juin 1914).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *