6 octobre 1915

6 octobre 1915

 

Mon cher Pierre. Quel coup de théâtre ce matin ! Démission de Venizélos [1] et insurrection du roi[2]. C’est très mauvais. Des quantités de gens sont venus aux nouvelles ici ce matin. Que puis-je leur dire ? Il n’y a qu’à attendre. Je ne sais rien de plus sinon que notre diplomatie a agi avec la dernière légèreté. Tous nous croyions, et on nous faisait croire à l’accord absolu, il n’en était donc rien. C’est l’histoire des Dardanelles qui recommence. Nous parlons d’une résistance de Venizélos dans le pays, hélas il ne faut pas trop y compter. Le ministre de l’Intérieur [3] a dit ce matin à nos rédacteurs que les événements avaient été plus vite que les Alliés, que l’attitude du roi était inconstitutionnelle et que le débarquement avait commencé et qu’il continuerait quoi qu’il arrive. Cela nous fait une belle jambe !

Il y a trois mois que ce débarquement aurait dû avoir lieu à ce moment. Le roi lui-même le demandait.

J’ai vu ce matin Charles-Roux [4]. Nous avons longuement causé de la marine marchande. Je te passe les difficultés qu’ont en ce moment les armateurs pour te dire la façon vraiment extraordinaire dont les Allemands étaient traités en France lorsqu’ils venaient concurrencer nos industries. Lors de la construction du bateau le Charles-Roux sur la ligne d’Algérie, la presse algérienne, qui n’avait cessé de demander de bons bateaux, fit les articles les plus violents contre ce nouveau transport, cependant tout à fait moderne. C’était une coquille qui capoterait au premier coup de mer, inconfortable, etc. Sur la demande du gouverneur, Charles-Roux se rendit lui-même à Alger et causa avec le représentant du Norddeutcher Loyd. Après une assez longue conversation, cet agent allemand finit par avouer que c’était lui qui avait ramassé toute la presse algérienne et, assez ingénument, que c’était dans le but d’attirer aux bateaux de sa compagnie le plus de voyageurs possible. Charles-Roux voulut faire quelque chose, mais on lui dit : Chut ! Chut ! Ne nous faisons pas d’histoire avec des étrangers.

l Il est prévenu un jour que les garçons de l’hôtel de Cherbourg servent à table sous la

[manque la suite]

[1] Éleuthérios Venizélos (1864-1936). Crétois. Il est l’émancipateur de la Crète. De 1910 à 1915 puis de 1917 à 1920, il est Premier ministre de Grèce, accordant au pays une constitution libérale et obtenant, à l’issue des guerres balkaniques (1912-1913), d’importants avantages territoriaux. Il est partisan d’un engagement de la Grèce aux côtés de l’Entente, à la différence du roi Constantin Ier, partisan de la neutralité, et favorable aux Centraux. Revenu au pouvoir en juin 1915, il encourage secrètement un débarquement allié à Thessalonique. Il démissionne le 5 octobre 1915. En septembre 1916, il établit un gouvernement rebelle à Thessalonique reconnu par les Alliés.

[2] Constantin Ier (1868-1923). Roi de Grèce (1913-1917). Fils et successeur de Georges Ier, il est contraint d’abdiquer en 1917 par les Alliés et Venizélos.

[3] Le ministre de l’Intérieur est alors Louis Malvy.

[4] Jules Charles-Roux (1841-1918). Industriel et homme d’affaires du savon à Marseille, il se lance dans la vie publique. Homme politique. Il est d’abord membre de la Chambre de commerce, administrateur puis directeur de la Caisse d’Épargne des Bouches-du-Rhône, conseiller général de Martigues, puis député de Marseille de 1889 à 1898. Il appartient à de nombreuses sociétés industrielles maritimes et financières. Il est vice-président de la Compagnie universelle du canal de Suez et président de la Compagnie générale transatlantique depuis 1904. Il est président de l’Union coloniale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *