5 octobre 1915

5 octobre 1915

 

Mon cher Pierre,

 

J’ai reçu ce matin la visite d’un jeune officier de l’état-major de Dunkerque. La ville a pas mal souffert [1]. L’église cathédrale [2] est partagée en deux, ouverte comme un livre.

Il y avait là un colonel anglais ancien attaché militaire à Paris, je crois bien que c’est Fairholme [3], grand, gros, solide, magnifique buveur de whisky. Il faisait l’admiration de tous et l’on se disait : Voici un gaillard qui aura un cran énorme. Enfin, quand on le retrouve, il est malade et ne pense qu’à quitter. Il est aujourd’hui à Londres. C’est assez curieux, ces effets de terreur nerveuse. Je crois t’avoir raconté autrefois les histoires en Crimée d’Horric de Beaucaire [4], l’oncle du diplomate mort récemment [5]. Aujourd’hui, Fairholme est remplacé à Dunkerque par un colonel anglais qui a commandé aux Indes qui, celui-là, est admirable [6].

La population civile de Dunkerqueque ne fut pas très héroïque. Ils expliquent eux-mêmes que, peuple de sages commerçants, la guerre n’était pas leur affaire. Cependant, il y en a un dont l’héroïsme se répand dans les journaux et se dépense ainsi en articles, c’est le maire de la ville, Terquem [7]. Voici un des principaux faits d’armes de ce magistrat. Lors d’un bombardement, une personne affolée vient aux bureaux de la division (car cette dernière ne quitte pas ses bureaux pour ces occasions) et s’écrie : – Je viens chercher M. le Maire, un obus vient de détruire sa maison mais sa famille est sauve. – Il doit être à son bureau en dessous, répondent les militaires. – Mais non, j’en viens, il n’y est pas. Les officiers descendent à la cave pour chercher M. Terquem, on ne le trouve pas à la première visite, ce n’est qu’à une seconde descente qu’on le trouva derrière des fûts. Il remonta et demanda : – Alors, personne chez moi n’a eu de mal ? – C’est bien. Et il redescendit à la cave, laissant les siens se débrouiller.

On se remue politiquement en ce moment autour des allocations qui sont un véritable scandale. Un projet socialiste augmentera encore de trois cent mille ces allocations. Nous nous élevons contre ce gaspillage. De même, on cherche à remuer des gens pour la création d’un sous-secrétariat d’État des Automobiles. On est libre de proposer ces demi portefeuilles mais on n’est pas libre d’en demander la suppression. Nous en avons fait plusieurs fois l’épreuve et si tu as vu Le Temps d’hier qui avait un large caviar, tu y as constaté qu’on avait supprimé des propositions de M. Raynal [8]. Ce dernier avait fait un projet de loi proposant la suppression de tous les sous-secrétariats d’État autres que ceux de la Guerre. Raisons d’économie. Bien qu’émanant d’un sénateur, cette proposition n’a pu aller devant le public. Tu penses, que serait devenu un homme aussi estimable que Dalimier [9], et le sous-secrétaire des Affaires étrangères [10], et celui des Postes [11] ? Que de pauvres gens sans emploi !

Vesnitch [12] qui sort d’ici me dit que si les Grecs marchent bien soutenus par les Alliés et contiennent la Bulgarie, les Serbes se chargeraient d’arrêter les Allemands. J’en suis convaincu, mais marchera-t-on assez vite ? Il faudrait sans tarder protéger le chemin de fer Salonique-Nich qui est notre seul passage.

J’avais demandé au ministre si ce que l’on disait d’une mobilisation difficile en Bulgarie était vrai. Les rapports qu’il a eus sont parfois contradictoires, mais l’un d’eux, reçu aujourd’hui même, semble bien indiquer qu’il y a de sérieuses difficultés. La manifestation russe, que nous avions demandée il y a quelques jours et qui est en train de se faire, est certainement de nature à faire grandir les mauvaises humeurs. Mais, comme à Constantinople, l’Allemand est là.

Il y a aujourd’hui un déjeuner chez Reinach [13] avec le gouverneur [14] et Farmin. S’il y a des échos, je te les dirai.

Au revoir, mon vieux Pierre, crois toujours à ma vieille affection.

Étienne

 

[1] La ville de Dunkerque (Nord) est touchée à partir d’avril 1915. Les attaques les plus marquantes frappent l’église Saint-Éloi et la maternité en juin et septembre 1915.

[2] Il ne s’agit pas d’une cathédrale, Dunkerque n’étant pas un évêché, mais de l’église principale Saint-Éloi.

[3] William Fairholme. Anglais. Colonel attaché militaire à Paris.

[4] Auguste-Prosper Horric de Beaucaire. Oncle de Charles Horric de Beaucaire.

[5] Charles Horric de Beaucaire (1854-1913). Diplomate. Ministre plénipotentiaire de France à Copenhague. Il meurt le 28 mars 1913.

[6] Non identifié.

[7] Henri Terquem (1866-1942). Avocat. Homme politique radical. Maire de Dunkerque (1918-1925).

[8] Il s’agit peut-être Gabriel Raynal, sénateur (1906-1919).

[9] Albert Dalimier (1875-1936). Avocat à la cour d’appel de Paris. Député radical de Seine-et-Oise (1916-1919). Sous-secrétaire d’État chargé de l’Instruction publique et des Beaux-Arts (14 juin 1914-15 novembre 1917).

[10] Le sous-secrétaire d’État aux Affaires étrangères est Abel Ferry (1881-1918) du 14 juin 1914 au 29 octobre 1915.

[11] Il n’y a pas alors de sous-secrétaire d’État aux Postes et Télégraphes. Le ministre du Commerce, de l’Industrie et des Postes et Télégraphes est Gaston Thomson (1848-1932) du 13 juin 1914 au 29 octobre 1915.

[12] Milenko Vesnitch (1863-1921). Serbe. Juriste. Historien. Professeur. Diplomate. Ambassadeur de Serbie en France depuis le 18 juillet 1904. Pendant la guerre, il développe une action infatigable dans les milieux intellectuels et politiques français en faveur de la Serbie. Représentant de la Serbie à la Conférence de la Paix (1919).

[13] 6, avenue Van-Dyck, Paris, VIIIe.

[14] Le gouverneur de la Banque de France est alors Georges Pallain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *